Police Science : Newsletter
2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 |
213 | 212 | 211 | 210 | 209, juillet 2017 | 208 | 207 | 206 | 205 | 204 | 203
Police Science : Newsletter N. 209, juillet 2017
 
La newsletter sciences policières est le fruit de la coopération entre TC Team Consult, Genève/Zurich (CH), Freiburg i. Br. (D) www.tc-teamconsult.com et la chaire de criminologie et sciences policières de l’Université de Bochum (Prof. Dr. Thomas Feltes) http://www.kriminologie.ruhr-uni-bochum.de/ et des programmes de la maîtrise Kriminologie und Polizeiwissenschaft et Criminal Justice, Governance and Police Science l' Ruhr-Universität Bochum
 

1.    Guerre contre la police?
2.    Les réfugiés comme victimes
3.    L’influence du quartier sur la violence envers la police
4.    Morts sous les balles de la police en Allemagne
5.    Evaluer l’efficacité des assassinats ciblés dans la lutte contre le terrorisme
6.    Police et problèmes mentaux dans les lieux très criminogènes
7.    Qu’est-ce qui marche en prévention de la criminalité et en réhabilitation
8.    Efficacité des systèmes de protection antivol
9.    Police et xénophobie
10.    Campagne pour une police positive envers les enfants et les jeunes
11.    Justice procédurale et confiance dans la police
12.    Comportement des migrants dans la dénonciation à la police
13.    Apports limités des neurosciences à la criminologie
14.    Croissance des maladies psychiques

Comme d’habitude, la newsletter ne sortira pas en août. Nous nous retrouvons à la rentrée, après des vacances qu’on vous souhaite reposantes.

Pour encore plus de nouvelles et articles récents, veuillez consulter l’onglet http://polizei-newsletter.de/wordpress/?cat=3 et pour des discussions de livres http://polizei-newsletter.de/wordpress/?cat=1

1.    Guerre contre la police?
Les agences de police aux USA connaissent une crise de légitimité forte, en lien principalement avec des faits d’usage de la force contre des mineurs ces dernières années. Les media font état maintenant d’une forme de guerre larvée contre la police, celle-ci étant prise à partie dans de nombreuses situations. Pourtant une étude montre qu’il n’y a pas eu d’effet Ferguson (du nom d’une victime récente de la police) sur la violence envers la police. http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/07418825.2016.1236205

2.    Les réfugiés comme victimes
Dans les pays des Balkans, les réfugiés sont souvent victimes de maltraitance policière. Des agents de l’Etat qui devraient assurer aide et protection se retrouvent dans le rôle d’abuseurs, usant de la violence, intimidation et déni d’accès aux procédures d’asile. https://www.oxfam.de/system/files/balkan-bericht_a_dangerous_game_0.pdf

3.    L’influence du quartier sur la violence envers la police
Alors que des preuves existent sur les facteurs structurels influençant la violence contre la police, peu d’études analysent le phénomène au niveau du quartier. Les cartes interactives montrent que les incidents se réunissent par micro-localités, autour des indicateurs de désavantage social et de volume d’appels à police-secours. Réorienter la police de proximité semble une réponse à cette tendance. La police ne pourra pas régler les problèmes sociaux mais est en mesure de jouer un rôle dans la réduction des enjeux et préoccupations de sécurité. http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10439463.2017.1333120

4.    Morts sous les balles de la police en Allemagne
Chaque 5 semaine et demie, une personne est tuée par balles par la police en Allemagne. Un dossier du journal taz traite de ce sujet. Depuis 1990, 269 personnes ont été tuées par la police. La majorité des victimes est masculine et n’a, en l’espèce, pas utilisé d’arme à feu. La part des personnes psychologiquement troublée augmente. https://taz.atavist.com/polizeitote#chapter-1957584

5.    Evaluer l’efficacité des assassinats ciblés dans la lutte contre le terrorisme
Depuis le 11 septembre, les USA se sont engagés dans des politiques de sécurité hautement controversées, dont l’efficacité reste à prouver. En ce qui concerne les assassinats ciblés, l’effet semble en tous cas négligeable. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1745-9133.12274/full

6.    Police et problèmes mentaux dans les lieux très criminogènes
La police entre souvent en contact avec des personnes psychologiquement fragilisées et/ou utilisant des psychotropes légaux ou illégaux, et il semble qu’un phénomène de concentration géographique de ces profils existe. La recherche ci-dessous propose une approche nouvelle et coordonnées de gestion de ces enjeux. Les policiers ont mené des patrouilles en partenariat avec des représentants du milieu médical afin de recréer un lien positif entre les individus fragilisés et la police et plus largement la communauté locale. http://www.polizei-newsletter.de/links.php?L_ID=436

7.    Qu’est-ce qui marche en prévention de la criminalité et en réhabilitation
Il y a encore juste 10 ans, l’opinion prévalant sur la prévention était que rien, finalement, ne marchait à satisfaction et durablement. Or, les criminologiques ont accumulés des preuves dans un sens différent depuis. Cette étude analyse 7 domaines de criminalité et leur enjeu en matière de prévention. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1745-9133.12298/abstract

8.    Efficacité des systèmes de protection antivol
Cette étude se penche sur l’efficacité des systèmes antivol, simples ou combinés. Il en ressort que la protection constituée par une lumière extérieure et une porte renforcée représentent les mesures simples les plus efficaces. De manière intéressante, les systèmes d’alarme apportent moins de protection …qu’aucune mesure. La combinaison de mesures est, elle, efficace jusqu’à 20 fois plus qu’une absence de mesure. https://link.springer.com/article/10.1057/sj.2014.30?wt_mc=alerts.TOCjournals

9.    Police et xénophobie
Dans la recherche sur la police, la xénophobie est expliquée principalement par des éléments culturels ou politiques. Sur base d’une étude des policiers danois, cette analyse offre de nouvelles perspectives : les ressortissants étrangers sont considérés comme une complication dans le travail policier au quotidien, générant ainsi un ressentiment envers eux dans la profession policière.  http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1362480617707947

10.    Campagne pour une police positive envers les enfants et les jeunes
“Elle m’a écouté même si mon histoire a duré 4 heures…” voile une affirmation qui ressort comme comportement positif de la police dans le projet mené par la Children’s society. La campagne met en évidence la contribution que la police peut avoir dans la vie d’un enfant confronté d’une manière ou d’une autre à un problème de criminalité. La société a émis des recommandations pour l’interaction police-enfants/jeunes. http://www.polizei-newsletter.de/links.php?L_ID=449

11.    Justice procédurale et confiance dans la police
En recherche policière, la justice procédurale prend une place grandissante dans l’interprétation de la confiance envers la police. Cela vaut en Europe mais aussi en Afrique. L’étude ci-dessous se penche sur le cas du Nigeria. Il en ressort que le sentiment d’une police qui suit les règles améliore grandement son image et son interaction avec la population. Akinlabi, O., Young people, procedural justice and police legitimacy in Nigeria, Policing and Society 2017, 419-438 http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10439463.2015.1077836

12.    Comportement des migrants dans la dénonciation à la police
L’étude américaine ci-dessous se pose la question de la reportailité des délits par les migrants à la police. Globalement, il en ressort une grande disponibilité des migrants à dénoncer les délits subis à la police. Le sentiment d’insécurité et la satisfaction avec la police lui sont liés. http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10439463.2015.1040795

13.    Apports limités des neurosciences à la criminologie
Les apports des neurosciences laissent espérer des gains importants en matière de recherche criminologique. Cependant, entre espoirs et effets, la route est longue : http://www.polizei-newsletter.de/links.php?L_ID=446

14.    Croissance des maladies psychiques
Soixante pourcents des employés interrogés dans une étude récente en Allemagne disent connaître un stress et une instabilité liés au travail : https://www.boeckler.de/pdf/p_wsi_report_33_2016.pdf